Question : La liste de Gilles Erb peut-elle être qualifiée de revancharde ?

Réponse : Le terme de revanchard me semble particulièrement mal choisi. Selon le dictionnaire Larousse, il s’agit d’un adjectif familier et péjoratif pour désigner une personne qui cherche à prendre sa revanche, en particulier après une défaite militaire. Par conséquent, il me semble qu’un élu, représentant une fédération olympique, doit veiller à utiliser, en public et à fortiori dans une vidéo, un langage digne de l’institution qu’il représente.

En outre, la référence à un terme militaire me semble particulièrement inapproprié au contexte associatif. Pour ma part, j’ai bâti, selon une démarche participative, un programme ambitieux, innovant, cohérent. Pour le mettre en oeuvre, j’ai constitué une liste de personnes aux compétences affirmées.

Permettez-moi de rappeler ma démarche : construire d’abord un projet puis choisir les personnes qualifiées pour mettre en oeuvre ce programme. Cette démarche est innovante. Cela me semble bien plus intéressant que des rappels du passé qui n’apportent rien pour l’avenir.

De plus, j’ai souhaité placé ma candidature sous le signe du rassemblement parce que le tennis de table a besoin de toutes les compétences pour se développer. Bien sûr, j’ai été attentif à ce que chacun des colistiers ne s’engage pour de mauvaises raisons.

Enfin, notre équipe est composée pour moitié de personnes qui vivront leur première expérience fédérale. Elles ne peuvent donc être mêlées à des joutes passées. L’autre moitié de l’équipe est composée de personnes avec une forte expérience, donnant à l’ensemble un bel équilibre entre renouvellement et expérience.

J’ai confiance en cette équipe pour donner un nouvel élan à notre fédération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *