Question : Est-il normal d’adresser des documents aux délégués la veille de l’ouverture du scrutin ?

Réponse : Par un courrier adressé au Président Palierne le 29 juin 2020, j’ai demandé que des règles de campagne électorale soient définies et publiées.

Il n’en a rien été, laissant le champ libre à toutes les dérives électoralistes. Aussi, je m’étonne que les délégués aient reçu la veille de l’ouverture des votes un courriel accompagné de divers documents dont certains sont estampillés par la mention « document confidentiel ». Je dénonce ces pratiques peu éthiques et m’interroge sur les moyens utilisés pour cette correspondance.

Il me semble essentiel d’observer quelques jours avant l’élection une trêve pour permettre à chaque électeur de se forger leur intime conviction.

Si les électeurs nous font confiance, je m’engage à faire évoluer les règles de campagne pour garantir à la fois l’éthique associative et le respect des délégués électeurs.

Question : La liste de Gilles Erb peut-elle être qualifiée de revancharde ?

Réponse : Le terme de revanchard me semble particulièrement mal choisi. Selon le dictionnaire Larousse, il s’agit d’un adjectif familier et péjoratif pour désigner une personne qui cherche à prendre sa revanche, en particulier après une défaite militaire. Par conséquent, il me semble qu’un élu, représentant une fédération olympique, doit veiller à utiliser, en public et à fortiori dans une vidéo, un langage digne de l’institution qu’il représente.

En outre, la référence à un terme militaire me semble particulièrement inapproprié au contexte associatif. Pour ma part, j’ai bâti, selon une démarche participative, un programme ambitieux, innovant, cohérent. Pour le mettre en oeuvre, j’ai constitué une liste de personnes aux compétences affirmées.

Permettez-moi de rappeler ma démarche : construire d’abord un projet puis choisir les personnes qualifiées pour mettre en oeuvre ce programme. Cette démarche est innovante. Cela me semble bien plus intéressant que des rappels du passé qui n’apportent rien pour l’avenir.

De plus, j’ai souhaité placé ma candidature sous le signe du rassemblement parce que le tennis de table a besoin de toutes les compétences pour se développer. Bien sûr, j’ai été attentif à ce que chacun des colistiers ne s’engage pour de mauvaises raisons.

Enfin, notre équipe est composée pour moitié de personnes qui vivront leur première expérience fédérale. Elles ne peuvent donc être mêlées à des joutes passées. L’autre moitié de l’équipe est composée de personnes avec une forte expérience, donnant à l’ensemble un bel équilibre entre renouvellement et expérience.

J’ai confiance en cette équipe pour donner un nouvel élan à notre fédération.

Question : Quelle est la valeur de la thèse de Gilles Erb ?

Réponse : Cette question posée par une sociologue de la liste adverse est choquante. Comment une sociologue peut-elle se permettre de juger un travail hors de son champ de compétence ! On est malheureusement à des années lumières de l’expertise d’un travail académique telle qu’elle doit être faite par une chercheuse chevronnée.

Elle me décrit comme « spécialiste de rien », auteur d’une « thèse par mails », « par téléphone », qui « n’a pas rencontré son public ». Mais qu’en sait-elle au juste ? Sait-elle  que cette thèse a vu la participation de 32 fédérations olympiques? Sait-elle qu’en 74ème section (STAPS), le muti-éclairage est une richesse (et notamment en sciences de gestion) ? Sait-elle que chaque discipline a ses propres codes en termes de protocole scientifique et qu’aucun membre du jury n’a émis la moindre observation sur les entretiens par téléphone ? Sait-elle que cette thèse s’est prolongée par des activités d’entretiens avec plusieurs fédérations intéressées pour appliquer quelques-unes de mes préconisations dont la FF football, la FF golf, la FF badminton, la FF randonnée pédestre?  Sait-elle que le directeur marketing du CNOSF, membre invité du jury, m’a convié à animer des séminaires au CNOSF à l’attention des fédérations et notamment sur le thème de l’innovation ? Sait-elle que j’ai publié quelques articles, chapitres d’ouvrage en anglais et communications orales (voir CV) malgré mon choix de ne pas devenir maître de conférences ?

Sa tirade sur l’inutilité sociale de ma thèse est particulièrement mal venue, étant enseignant dans le service public depuis 30 ans. Sait-elle que non seulement j’ai réalisé ce travail parallèlement à ma profession sur mon temps libre sans aménagement de service et sans demander un euro à quiconque ? 

Sait-elle enfin que le jury universitaire composé de spécialistes du marketing du sport m’a chaudement félicité indiquant que cette thèse marquerait un tournant dans le marketing du sport ? 

Je crois que l’avis de cette élue ne fait vraiment pas honneur à son statut d’universitaire, et aux valeurs de l’université, celles-là mêmes qui rejoignent les valeurs du sport : notamment celles du respect des autres et de l’honnêteté intellectuelle.

Voici la composition du jury de thèse composé d’experts internationaux sur ce sujet (je vous invite à consulter leur CV sur internet) : 
Président : Michel Desbordes, Professeur Université Paris-Sud
Rapporteur : Emmanuel Bayle, Professeur Université de Lausanne
Rapporteur : Alain Ferrand, Professeur Université de Poitiers
Examinateur : Matthieu Barnay, directeur marketing du CNOSF
Directeur de thèse : Gary Tribou, Professeur Université de Strasbourg et
Christopher Hautbois Maître de conférences, Université de Paris Sud

Question : suite au mondial, la FFTT était-elle en cessation de paiement après le mondial ?

Réponse : non, la fédération n’a jamais été en cessation de paiement. Voici quelques chiffres :

  • Fonds propres au 30-06-2009 : 941 K€
  • Fonds propres au 31-12-2013 :  1270 K€
  • Fonds propres au 31-12-2016 : 1307 K€
  • Fonds propres au 31-12-2019 : 2 138 K€

Question : Gilles Erb est-il rarement licencié ces dernières années ?

Réponse : non, je suis licencié 14 années depuis 20 ans et notamment en 2016/2017, 2018/2019 et 2019/20.

Ma première licence date de 1979. Les quelques années manquantes correspondent à des périodes de travail très intense : 2005/2006 Agrégation EPS et 3 ans de 2013/2014 à 2015/2016 Doyen puis master en plus de mon travail.

Question : Le salaire du président sera-t-il de 100K€ net ?

Réponse : Bien sûr que non. Ces chiffres sont fantaisistes.

Voir https://gilleserb-tt.fr/2020/12/02/1270/

Question : cumulera-t-il son salaire à celui de président ?

Réponse : Non, le cadre juridique sera une mise à disposition.

Question : le président percevra-t-il 1/2 million d’euros sur 4 ans ?

Réponse : La grille indiciaire d’un enseignant d’EPS agrégé est bien en-dessous de ce chiffre.

Voir https://gilleserb-tt.fr/2020/12/02/1270/

Question : Adrien Dodu est-il responsable du déficit du mondial 2013 ?

Réponse : M. Dodu, contrôleur de gestion était sous l’autorité du Président (C. Palierne était Président de la FFTT et à ce titre président du comité d’organisation) comme dans toutes les associations. Il me semble un peu facile de s’exonérer de toute responsabilité en tant que président. D’autant plus que le rôle du contrôleur de gestion était de chiffrer, informer et alerter le Comité Directeur mais nullement de décider.

De plus, le déficit était de 691 K€ et non pas 900K€ (cf rapport du commissaire aux comptes) pour un budget de plus de 6 M€ (soit un déficit de moins de 10%) et que les bénéfices des exercices 2011+2012 (248 k€+408 K€) ont permis de financer le mondial.

En outre, l’année 2013 affiche un résultat négatif de 302 000€ et 2014 un solde positif de 99 000€ (bulletin fédéral n°293 à la page 29).